Faire une recherche :  

16/10/11Un garçon de 11 ans retrouvé plongé dans un coma éthylique

 « Grave mais pas inhabituel… », confie le Dr Aude Le Navenant. Vendredi soir, un garçon de 11 a été retrouvé ivre mort. Inconscient. Allongé en pleine rue à Roquemaure (Gard). Pris en charge rapidement par les sapeurs-pompiers de la ville, il a été transporté aux urgences à l’hôpital de Bagnols-sur-Cèze.

Plongé dans un coma éthylique. Il présentait un taux d’alcoolémie de 2,84 g/litre de sang.

Il y a de quoi faire frémir de nombreux parents. Selon la spécialiste, ce phénomène d’alcoolisation à outrance n’est pas un fait nouveau. Mais tend à se multiplier.

Un phénomène d’alcoolisation a outrance qui n’a rien de nouveau…

«En travaillant aux urgences pédiatriques de l’hôpital d’Avignon, j’ai déjà vu pareil cas au même âge. Une fois, c’était un adolescent qui, ses parents étant partis, a vidé le bar », ajoute le médecin. Si le phénomène est plus répandu de l’autre côté de la Manche, au Royaume-Uni, il fait son apparition en France chez les 10 – 15 ans. Selon le Dr Aude Le Navenant, il existe deux catégories de consommateurs : « ceux qui boivent de l’alcool pour montrer aux autres qu’ils existent. Et ceux qui le font pour s’amuser. C’est celui qui boit le plus vite et le plus longtemps… » Reste à savoir de quelle catégorie fait partie le jeune garçon ?

« Le problème, c’est que quand ils boivent : ils boivent la bouteille ! Mais, à leur âge, ils n’en ont pas l’habitude. Et ne comprennent pas qu’il faut un certain temps pour que l’effet arrive. Alors ils continuent de boire. Le risque, c’est quand l’alcool monte au cerveau d’un coup, » précise le docteur.

En a t-il été ainsi pour ce jeune adolescent natif de Cavaillon ? A-t-il été contraint de boire ? L’enquête le dira.

Il aurait bu lors d’un repas avec au moins deux autres mineurs

Son état n’avait toujours pas permis qu’il soit entendu hier soir. Les gendarmes de Roquemaure ont ouvert une enquête. Elle devra déterminer les circonstances qui ont amené l’adolescent dans cet état. Voire, où a-t-il pu se fournir en alcool, celui-ci étant interdit à la vente aux mineurs ?

Le parquet de Nîmes suit de près l’évolution du dossier.

Selon nos renseignements, des premiers éléments indiqueraient que la victime aurait bu lors d’un repas en compagnie de deux autres mineurs. Et l’ancienne urgentiste de s’inquiéter : « C’est un phénomène qui se voyait plus chez les 15-18 ans. Mais qui se voulait festif. Maintenant, il n’est pas rare de croiser des adolescents qui se baladent des cannettes de bière à la main ».



 


 

 
Pages :<<12345...89101112>>
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement